La culture du retard

Je me suis fait remonter les bretelles par mon chef. Ça arrive. En soi, ce n’est pas bien grave.

Sauf que…

Il m’a reproché de l’avoir alerté « trop tôt ». Là, j’ai déjà plus de mal parce que je suis censée l’alerter et lui, réceptionner mes alertes. C’est un peu son job. Prioriser ces warnings, c’est de notre responsabilité à tous les 2. A la limite.

Son reproche va m’inciter à réfléchir à 2 fois avant de le prévenir… et je ne suis pas sûre que ce soit une bonne chose !


Revenons sur le cas qui me préoccupe. Je vais l’illustrer par un exemple : on va dire que je suis responsable de l’impression des journaux du dimanche.

Ils doivent arriver chez le kiosquier à 8h. Pour ce faire, l’entreprise de transport les enlève à 6h – et jusque 6h30, ça passe encore.

Il faut 4h pour imprimer tous les exemplaires. Il faut donc que l’impression soit lancée à 2h du matin.

Mais voilà, on est samedi, minuit approche et la rotative est en panne !

Ok, on a 2h devant nous… on est laaarge !

Pourtant, je sais par expérience que la réparation nécessite 30 minutes. Et que dans 70% des cas, il faut que le réparateur s’y reprenne à 2 fois : la rotative est obstinée et quand elle veut pas, elle veut pas.

J’ai déjà appelé le technicien : il m’a dit qu’il pouvait rappliquer dans une demi-heure. Il sera minuit et demi. Rotative réparée à 1h.

On tentera l’impression et a priori ça ne fonctionnera pas : il recommencera à démonter la machine à 1h30. Pour un lancement ultime à 2h, on est très très juste.

Je commence à flipper.

Surtout que : le réparateur est généralement en retard.

Le tableau se dessine à grands traits :

  • arrivée sur site à 1h voire 1h30 – je reste optimisme le type a déjà eu jusqu’à 3 heures de retard
  • lancement à 2h30 – ou plutôt 3h et je suis toujours optimiste
  • pour un départ du transporteur à 6h30 ou peut-être 7h.

Il n’y a plus une seule minute de marge.

Je n’aime pas du tout les imprévus et je suis payée pour que les premiers clients de 8h aient leur journal entre les mains. Je sais aussi que le réparateur est très sensible à un petit coup de fil de son chef : bizarrement, ça le rend incroyablement ponctuel !

J’hésite pas longtemps, j’appelle mon chef. Il décroche son téléphone – on se parle de chef à chef, ça va sans dire – et le réparateur débarque à minuit trente tapante !

La réparation fonctionne en une seule fois – le coup de fil hiérarchique aurait-il également un effet sur son efficacité ??? Mauvais esprit, sors de ce corps !!!

Alors voilà, on est prêt à lancer l’impression à 1h du matin.

Pour le coup, c’est vrai, on est large !

Donc voilà, j’ai anticipé, alerté, pris les bonnes mesures et tout s’est bien passé.

Les clients seront servis en temps et en heure 🙂

Mais les trains à l’heure ne font pas de bonnes histoires et mon chef regrette son coup de pouce : « On perd en crédibilité ! »

Il aurait certainement voulu jouer le sauveur, avoir l’impression que sans son intervention on serait passés proches de la catastrophe, du client mécontent ou du contrat manqué…

Au final, dans ma boite, il est de coutume d’annoncer les retards quand ils sont consommés : je n’aurais dû m’affoler qu’à 8h.

Et si, à cette heure-là, la rotative n’avait pas encore été réparée, ma hiérarchie aurait été moins choquée que d’avoir été contrainte d’intervenir, d’user de son pouvoir divin pour un problème qui n’a pas eu lieu…

Sur ce, je vous laisse, je vais jouer au sudoku : mon prochain jalon est dans un mois !

Publicités

2 réflexions sur “La culture du retard

  1. ha les joies d’apprendre une nouvelle culture d’entreprise 🙂
    J’essaie d’expliquer à mes collègues que si je fais bien mon taf, ils ne le verront pas car ils n’y aura pas de problème parce que j’aurais appelé le technicien à temps. Ils ne comprennent pas.
    A croire qu’ils préfèrent les problèmes.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s