Les délices de l’organisation matricielle

Il est un monde merveilleux où les employés ont un chef qui leur indique quoi faire, les résultats attendus, les priorités à donner à leurs activités, les délais impartis… Une revue régulière de tout ça avec félicitations et encouragements à la clef.

Et puis, il y a l’organisation matricielle.

Tu as un chef. Enfin 2.

Disons, il y a LE chef : qui valide les congés, fixe les objectifs, les évalue une fois par an et te fout la paix la plupart du temps… parfois même, il te reconnait (pas) quand tu le croises dans le couloir… c’est pas grave :-/

A savoir sur quels critères il évalue ta performance sachant qu’il sait à peine – voire pas du tout – ce que tu fais de tes journées, ça reste un mystère insondable…

Sûrement que les RH ont posté une caméra au-dessus de ton PC pour être en mesure de savoir si tu mérites une meilleure augment’ que ton voisin parce sinon, je vois pas comment ils peuvent répartir les enveloppes alors que personne ne sait vraiment ce que tu fais et encore moins comment tu le fais…

Enfin si, il y en a un qui sait : le responsable opérationnel. Le vrai chef.

Celui qui exprime ses besoins, te demande de l’aider sur tel ou tel point, épluche tes comptes-rendus et s’enquiert de l’avancement des points durs. C’est lui qui t’a formé, t’a donné les astuces et mis en garde sur les difficultés. C’est lui qui va s’agacer si tu passes tes journées à poster des billets sur ton blog ou choisir ton prochain équipement de plongée.

Il sait si tu arrives en retard le matin, si tu te connectes le soir après 23h ou le dimanche pour dépiler tes mails. Tu le mets en copie de tous les sujets chauds et tu lui demandes conseil quand tu te heurtes à un point dur.

Sauf que bizarrement celui-là n’est pas consulté au moment d’évaluer ton taf. Il n’a pas le pouvoir de valoriser financièrement tes efforts ou de sanctionner tes retards.

Il n’est pas consulté non plus si tu décides de partir 2 mois en vacances en plein rush…

Il n’a de pouvoir de soutien que sa bienveillance et tu as infiniment plus de possibilité de nuisance sur lui qu’il n’en a sur toi !

Cette organisation déplorable s’est répandue dans toutes les entreprises de plus de X salariés. Elle fait le lit de toutes les perversions puisque seul l’humain et la motivation intrinsèque peuvent influencer le cours des choses.

Rien n’est plus démotivant que de piloter des gens qui n’en ont rien à foutre. Rien n’est plus facile pour une personne tordue de faire tourner ses équipes en bourrique.

La mesure des performances – pour difficile qu’elle peut être – permettrait éventuellement d’assainir notre relation au travail si elle n’était pas posée là, à vivre sa vie en parallèle de l’organisation effective du travail…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s