Tu seras ingénieur.e, mon fils\ ma fille

C’est la voie royale. Quelques années d’études – 5 ou 6 ans tout au plus. Un job quasi assuré. Une rémunération confortable.

Alors quand tu es bon élève. Tu n’y coupes pas ! Terminale S, sans discuter – c’est bien connu la filière littéraire, c’est pour les nuls en math ; l’économie, c’est pour les nuls en tout ^^

Inscription en classe prépa. De toute façon, tu ne sais pas trop quoi faire d’autre… et puis, ça fait tellement plaisir à tes parents et tes profs qui, eux, savent ce que TU veux faire… au pire, tu pourras toujours regagner la fac après ! ou une autre voie, ou continuer tes études ou… ou…

allez, c’est la VOIE ROYALE, on te dit !!!

Même si tu déchantes un peu avec la première série de claques en maths et physique, il suffit de tenir le choc : il y a tant d’écoles d’ingé, tant de postes à pourvoir… ce serait dommage de baisser les bras !

Il n’est pas nécessaire de faire une école prestigieuse pour envisager une carrière honorable : le titre et le diplôme d’ingénieur suffisent à ouvrir d’innombrables débouchés.

Et puis, tu ne sais toujours pas quoi faire d’autre !

Finalement, faire ingénieur, c’est pour moi comme pour bien d’autres une orientation par dépit, un non-choix. C’est comme un formulaire web dans lequel le bouton radio est positionné par défaut et si tu cliques trop vite sur le bouton « suivant », tu n’as plus la possibilité de revenir en arrière…

Au final, je crois qu’on est nombreux à se dire qu’on voudrait faire autre chose à peine installé.es à notre premier poste.

Qui au final savait vraiment en quoi ça consistait avant de s’y retrouver ???

Alors voilà, on se pose là. On pensait que ces 5 ou 6 années  allait nous laisser le temps de mûrir nos envies, d’élaborer un projet, de se découvrir passionné – même par hasard, de se donner des ailes alors qu’en réalité, c’est du plomb qu’on s’est pris.

On a trouvé un job. Vite et bien. Mais on n’est toujours pas motivé. On n’a toujours rien décidé.

D’accord, on a trouvé une situation… pas une passion et encore moins une vocation. Et il faudra pourtant trouver l’énergie de se lever tous les putains de matins des 40 putains d’années à venir…

Publicités

9 réflexions sur “Tu seras ingénieur.e, mon fils\ ma fille

  1. Bon, finalement, je crois qu’il faudra vraiment que je l’écrive cet article. Celui où je vais raconter comment j’ai tout fait jusqu’au concours de l’école d’ing, la réussite, la rentrée à l’école d’ing, le bizutage et … la désillusion : celle de la découverte que le métier d’ingénieur, c’est pas ce que je croyais …

    Aimé par 2 people

          1. Bon voilà, j’ai pris le temps d’écrire un article sur mon expérience d’orientation scolaire vers le métier d’ingénieur. Et si vous trouvez le texte trop long, en bas de l’article vous avez l’audio description … à ma façon 😉

            J'aime

  2. On est bien d’accord sur le choix de carrière complètement à l’aveugle. Je n’ai même pas l’explication d’avoir été poussée par ma famille ou mes profs – j’ai pris l’ascenseur toute seule. Même sans références de classe, on comprend vite que c’est la « voie royale ».
    J’ai eu beaucoup de chance, je suis tombée par hasard sur un métier qui m’a plu, et j’ai passé globalement 10 bonnes années (à une cheffe harceleuse près). Ce qui m’en a chassée, c’est tout ce qu’il y a autour et que tu décris très bien ici. L’impression d’être sur des rails : on va faire ça pendant encore 30, 35 ans ?
    Un point positif que tu cites : la rémunération confortable, et qui permet de mettre de côté de quoi se reconvertir. En cas d’échec, le fameux diplôme n’est pas perdu et pourra être brandi de nouveau pour retrouver une place au chaud…

    Aimé par 1 personne

    1. Bien sûr, tu as raison. Mais je doute qu’il soit vraiment facile (voire même faisable ?) de retrouver une place au chaud si on s’est interrompu trop longtemps… peut-être ailleurs mais en France, ça lève tout de suite un doute sur tes compétences, ta motivation et le fait que tu as peut-être perdu la moitié de ton cerveau en qqs mois !!! ça dépend de ce que tu pourras brandir comme justificatif « d’activité » dans l’intervalle mais une chose est sûre : congé parental, ça ne le fait pas !!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s